Surnommé le Gentleman Driver. Ce surnom n’est nullement usurpé, car Elio DE ANGELIS était un homme d’une grande noblesse, à commencer par celle du cœur. Ce jour-là, le 22 Mai 1985, en me dirigeant vers son stand, je l’ai vu dans sa Lotus la tête penchée sur son épaule gauche et les yeux grands ouverts, on aurait dit qu’il dormait avec les yeux écarquillés. Je m’étais tout de même arrêté à sa hauteur, je le regardais fixement dans les yeux en espérant qu’il allait me reconnaître et se réveiller, mais malgré mon insistance rien n’y faisait. Alors, pensant qu’il avait peut-être un malaise, je m’étais dirigé vers l’un des mécaniciens qui s’agitaient autour de sa monoplace pour lui demander si Elio DE ANGELIS avait un problème physique, il m’avait rassuré en me disant qu’il était seulement en train de se concentrer et que cela lui arrivait souvent. J’ai eu un sentiment à la fois envieux et admiratif à son égard. Moi qui ai du mal à dormir même dans mon lit, voir que quelqu’un pouvait dormir à la demande n’importe où même les yeux ouverts, cela me fascinait. Mais Elio DE ANGELIS ne fait pas exception à la règle, pratiquement tous les grands sportifs dorment n’importe où dans leurs motor-home, dans les avions etc. Ils ont cette faculté de s’endormir sur commande, un jour j’ai vu Michael SCHUMACHER s’installer sur le capot d’un véhicule, il s’était adossé sur le pare-brise, puis il croisa ses jambes et ses bras et au bout de quelques secondes il dormait à poings fermés sur la voiture malgré tout le vacarme qu’il y avait autour. Je trouve ça impressionnant !