À tous ceux qui croient que Max BIAGGI ne sourit jamais, voici la preuve du contraire. Non seulement il sourit à volonté, mais en plus c’est quelqu’un de très agréable à vivre. Il va de soi que la rigueur qu’exige le sport de haut niveau ne laisse aucune place au dilettantisme,Ilfaut être perfectionniste jusqu’à l’extrême et cela demande énormément de concentration. C’est peut-être là que réside le secret de cet air grave, sévère et exigeant qui est l’apanage des grands champions. Ils n’ont aucun droit à l’erreur, puisque celle-ci les conduit inéluctablement à la faute. Cette idée obsessionnelle de la perfection les oblige à se réfugier en eux-mêmes ,cela leur donne l’apparence d’être seul, même au milieu d’une foule. Ce sont souvent tous ces éléments réunis qui font d’eux des êtres exceptionnels. C’est la rançon de la gloire !… En ce qui concerne Max BIAGGI, on ne peut que regretter le fait qu’il n’ait jamais été champion du monde en Moto G.P. Mais il l’a été en 250 cm³. 4 fois : 1994, 95, 96 et 97. Il fut vice champion en 1998 dans la catégorie reine.